21 mai 2008

Privatisation huicoma SA mali

Dans le cadre de la session des actions de l’état malien intervenant dans le cadre de la loi numéro 88-34/an-rm en date de 27 février 1988 et de la loi numéro 94-041 du 22 août 1994 fixant les principes de la privatisation.

Le samedi 17 mai 2008 à 10 h s est tenu dans la salle de spectacle Siramory Diabaté de koulikoro une conférence de lancement du Programme de développement économique et social (PDES) du Président de la république Malienne Mr ATT.

La circonstance a été saisie par le Collectif des Travailleurs Licenciés de Huicoma à Koulikoro (CTLHK) pour exprimer leur mécontentement à leurs excellences Mr Diane Ahmed Séméga et Mr Ahmed Sow, respectivement ministre des transports et des équipements, également président du mouvement citoyen et ministre des mines et de l’énergie, lui-même initiateur du PDES.

Ils leur ont été spécifié qu’un protocole d’accord a été signé par l’état du mali et le groupe Tomota (groupe nébuleux) malheureusement ce dit protocole a été violé par aliou tomota PDG du groupe depuis cela deux ans.

En effet le cahier des charges de huicoma, le code de travail en vigueur en république du mali, et même les lois constitutionnelles et juridiques de la république ont été violées par Tomota. Ce qui a engendré une crise sans précédent dans la cité avec son corollaire d’emprisonnement de certains travailleurs pour être allé en grève (syndicalistes) et un licenciement massif et abusif des autres (197 personnes licenciées).

Le coût des produits Huicoma (huile, savon, aliment bétail) ont vu leur prix doublé au-delà du prix d’avant la privatisation contribuant à l’augmentation de la cherté de la vie et  entraînant l’incapacité des travailleurs et des populations de koulikoro de vivre dans la sécurité économique et la quiétude.

Tout ceci a fait réagir la population et les travailleurs et l’eau a fait déborder le vase.

Les chefs traditionnels se sont fait entendre eninterpellant l’état Malien de ce qui adviendra lorsque la ville prendra sa responsabilité dans la gestion de la situation.

La ville est aujourd'hui économiquement morte et cela et dû à l’immobilisme politique face a un comportement abusif et irresponsable d’un seul individu qui a entraîné la fermeture de Huicoma.

Le bradage de huicoma par l’état malien au même titre que d autres entreprises nationales a atteint son paroxysme, il est temps que les responsabilités soient situées.

Le collectif

En date du 21 mai 2008

Posté par CTLHK à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Privatisation huicoma SA mali

Nouveau commentaire